Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 00:58


Mon fils chéri,

Aujourd’hui les rayons de soleil francs réchauffent le cimetière, c’est plein de chaleur et de lumière. Ca y est, le rosier, TON rosier est enfin planté après deux mois d’attente.  C’est la seule chose qui a changé pour le moment là où tu reposes.

Cet endroit est à moi, je l’ai investi pour pouvoir venir y pleurer, m’y recueillir et te parler mon bébé. Mais comme à présent je te parle toute la journée et à tous les instants je sens que,  peut être, je vais pourvoir essayer petit à petit de ne plus venir tous les jours juste pour voir si j’en suis capable. Ce n’est qu’un endroit, même si c’est le notre, mes pleurs ici où ailleurs, mes appels, mes mots tu les entends de là où tu es et cela où que je sois. 

Je te serre matin et soir dans mes bras à l’aide de ta petite peluche et si je veux te voir je prends mes échographies. Si je veux te voir de plus près je me souviens de ton doux visage si parfait dans mes bras et je souffre de me dire que je ne vais jamais te voir grandir et nous combler de joie. Tu as laissé dans mon cœur et dans ma vie un abysse, une cicatrice profonde et même si c’est dur encore et toujours tu es mon fils mon amour et je te veux là dans mon cœur.

Je t’aime tellement c’est d’autant plus difficile…il faut continuer alors que le cœur n’y est pas. Il y a encore quelques semaines je voulais que le temps passe plus vite pour ne plus souffrir, mais aujourd’hui je déteste ce temps qui passe et qui m’éloigne de toi. Le temps lui avance et ne s’arrête pas, il fait son travail. La douleur est toujours aussi vive mais légèrement voilée par instant par la vie qui continue. Souffrir c’est te faire vivre en moi alors oui je pense toujours à toi, à nous, aux projets que nous avions. Chaque fois que je vois ton frère je te vois et je vis ton absence, chaque chose que je fais est vide de toi, de ta présence. Je me demande comment je fais pour avancer et pour faire ces choses à mes yeux inutiles, la seule chose qui me permette de tenir debout c’est ton père et ton frère car je me dois d’être là pour eux.

Il faut continuer malgré la peine et la tristesse, il faut continuer pour les autres et essayer de retrouver goût à la vie sinon à quoi bon ? Sinon comment surmonter la pire chose qui puisse arriver, perdre son enfant,  la chaire de sa chaire, l’amour infini, le futur d’une vie, l’espoir.                                                                   

La plus belle chose de la vie c’est l’amour et d’avoir un tout petit, mais la plus terrible est de le perdre …la vie est si cruelle qu’elle m’empêche d’être avec toi dans mes bras, de te dorloter et t’embrasser. Je t’aime à l’infini mon bébé, tu es dans toutes mes pensées.

rosier

Partager cet article

Repost 0
Published by Adela - dans nos mots
commenter cet article

commentaires

Contact

  • : Le blog de Valentin M.
  • Le blog de Valentin M.
  • : ce site est dédié à notre fils Valentin qui nous a quitté au 8ème mois de vie in utero. Perdre un enfant est un événement très difficile à vivre. Il n'est pas dans L'ordre ds choses.
  • Contact

Recherche

Catégories